Accueil

Bibliographie

Etapes du GR 10

Faune

Flore

Gîtes & refuges

Lexique

Randonnées

Raquettes

Villages & villes

 

 

referencement google

Il était dans l'ordre des choses qu'après tant de batailles sur les murs verticaux, après tant de photos d'action et de voyages, Louis Audoubert ait fini par choisir d'exprimer sa vision des lacs par le panoramique. La vue élargie s'accommode bien de ces espaces vides, ces non-lieux, ces reposoirs. De loin, le lac est cette épure qui tranche le chaos. De près, c'est tout un monde qui fourmille, le scintillement de l'eau sous la brise, le moutonnement de la boule, la brisure des vagues sur la grève.


Depuis plus de trente ans qu'il photographie les Pyrénées, jamais Louis Audoubert ne nous avait proposé un travail aussi abouti, aussi personnel, aussi étudié. Comme ici la lente maturation des images qu'il porte en lui depuis tant d'années avait fini par produire la peinture d'un paysage, non plus saisi sur le vif, mais au contraire mûrement composé, voulu, attendu.

Oser le portrait de l'Ossau en statue du commandeur, masse plus noire que la nuit surplombant Anayet. Inventer une autre immensité au minuscule laquet de la Brèche. Convoquer les brumes 'Aumar et Aubert, s'immerger dans l'or du soir à Colomers, laisser s'englacer le gorg Nègre, monter voir le Laurenti... Voilà des tableaux suspendus à rien, comme des rêves dans l'espaces.

 

Précédent