Accueil

Bibliographie

Etapes du GR 10

Faune

Flore

Gîtes & refuges

Lexique

Randonnées

Raquettes

Villages & villes

1 - 2 - 3 - 4 - 5

Gabas

 

Le dit Monastère de Gabas fut édifié pour y mettre des frères 'donats et donades" et des religieux du dit Monastère de Ste Christine pour servir, prier Dieu, dire les offices et c'est pourquoi on a construit une église et des cloîtres.
Cette "église", placée sous le vocable de la Sainte-Trinité, fut fondée en 1121 selon les vœux de Gaston IV le Croisé, vicomte de Béarn et consacrée par Arnauld d'Araux, évêque d'Oloron, la même année. C'est ce qui reste d'un complexe appelé, jusqu'au début de ce siècle "Hôpital de la Miséricorde de Gabas". Hôpital dans le sens primitif de centre d'accueil, de refuge, d'hospitalité, offerts aux pèlerins en marche vers Compostelle. Il était régis par les chanoines réguliers de St Augustin venus de Candanchu, non loin du Somport, au confluent des chemins de St Jacques traversant les vallées d'Aspe et d'Ossau. Les dits chanoines réguliers formaient alors un "ordre hospitalier" qui remplit encore cette vocation depuis le IXe siècle, aux cols du St Bernard et du Simplon, dans les Alpes.

La communauté ou "commanderie" placée sous l'autorité d'un "Commandeur" comprenait des "frères et des sœurs" appelés "Donats et Donades", c'est à dire donnés au service des voyageurs, au soin des fermes et propriétés de l'hôpital et selon la charte d'acquisition, à l'entretien des "ponts appelés Camps, Magnebag et Arriucaou". Le col des Moines qui tire son nom des "moines" de Gabas, était le lieu de passage, via le Somport, où se trouvait la Maison-Mère, le monastère de Ste Christine.

Les chanoines réguliers administrèrent ces lieux jusqu'en 1597, époque des guerres de religion où leurs biens furent confisqués. En 1609, époque de la restauration du culte catholique en Béarn, l'hôpital fut confié à un ordre missionnaire, les Clercs Réguliers de St Paul, appelés aussi Barnabites, à cause de leur maison principale placée à Rome sous la protection de St Barnabé, apôtre. Ils durent le gérer au milieu de multiples difficultés et tracasseries, jusqu'à la Révolution. Qualifiée de "Grange" sur le plan cadastral de 1813, l'église fut rouverte en 1815 par Monsieur l'abbé Lanne, curé de Laruns.
 

 

Précédent - suivant